Office québécois de la langue française

Le grand dictionnaire terminologique
Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte
Fiche terminologique

FICHE TERMINOLOGIQUE

Interrogation 
Envoyer la fiche par courriel Imprimer la fiche

hameçonnage

Domaines

informatique > délits informatiques

informatique > Internet

télécommunication

Auteur

Logo identifiant une fiche rédigée par l’Office québécois de la langue française Office québécois de la langue française, 2020

Définition

Technique de fraude basée sur l'usurpation d'identité, qui consiste à envoyer massivement un message en se faisant passer pour une institution financière ou une entreprise commerciale de renom afin d'induire les destinataires en erreur et de les inciter à révéler des informations sensibles à leur insu.  

Note

Par exemple, un courriel frauduleux semblant provenir d'une banque connue pourrait inviter le destinataire à mettre à jour son compte en cliquant sur un hyperlien qui le redirige vers une copie conforme du site Web de cette banque, où le fraudeur peut récupérer des renseignements susceptibles de servir à détourner des fonds (mot de passe, numéro de carte de crédit, etc.).  

Termes jugés adéquats pour désigner le concept à l’intérieur d’un domaine spécialisé, conformes au système linguistique du français ou acceptables en vertu des politiques officielles de l’Office

Terme privilégié

hameçonnage   n. m.

Le terme hameçonnage a été proposé par l'Office québécois de la langue française, en avril 2004, pour désigner ce concept.

Tout comme pour hameçon, dont le h initial n'est pas un h aspiré, on écrira l'hameçonnage et non le hameçonnage. En effet, devant un mot commençant par un h muet, on fait l'élision, qui est marquée à l'écrit par l'apostrophe, qui remplace la lettre élidée e. De plus, à l'oral, avec un, des, cet, ces, etc., on fera la liaison.

Termes parfois utilisés pour désigner le concept, mais qui peuvent comporter certaines nuances de sens ou relever d’un registre de langue particulier, ou dont l’emploi est réservé à certaines situations de communication

Terme utilisé dans certains contextes

filoutage   n. m.

Le terme filoutage est plus général et peut désigner toute forme d'escroquerie.

En France, le terme filoutage est recommandé officiellement par la Commission d'enrichissement de la langue française, depuis 2006.

Termes non conformes au système linguistique du français ou jugés inacceptables en vertu des politiques officielles de l’Office

Termes déconseillés

escroquerie par courriel   

phishing   

Le terme escroquerie par courriel est déconseillé pour désigner le présent concept, en raison de son manque de précision. De plus, il est possible de faire de l'hameçonnage par d'autres moyens que le courrier électronique.

L'emprunt intégral à l'anglais phishing est déconseillé parce qu'il n'est pas légitimé dans l'usage en français au Québec. En outre, il ne s'intègre pas au système linguistique du français.

Anglais

Auteur

Logo identifiant une fiche rédigée par l’Office québécois de la langue française Office québécois de la langue française, 2020

Termes

phishing   

phishing attack   

phishing scam   

Le terme phishing est dérivé du terme fishing (pêche) et s'écrit avec un ph, comme c'est souvent le cas dans le jargon des pirates où il y a substitution de lettres (par exemple phreaking, qui vient de phone freak, où phone devient fone et freak devient phreak, puis phreaking). Ce terme fait allusion à la pêche à la ligne (Internet est métaphorisé par l'océan, et les utilisateurs, par des poissons).