Office québécois de la langue française

Le grand dictionnaire terminologique
Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte
Fiche terminologique

FICHE TERMINOLOGIQUE

Interrogation 
Envoyer la fiche par courriel Imprimer la fiche

traîne sauvage

Domaines

loisir > équipement et matériel de loisirs de plein air

ethnologie > coutumes et traditions

Auteur

Logo identifiant une fiche rédigée par l’Office québécois de la langue française Office québécois de la langue française, 2006

Définition

Traîneau à neige plat, sans patins, fait de planchettes minces réunies côte à côte et recourbées à l'avant pour faciliter la glissade.  

Note

Les Amérindiens utilisaient ce traîneau étroit et plus ou moins long pour le transport sur la neige de biens variés (bois, équipement de chasse, gibier...). Les planchettes de feuillus étaient recourbées à la vapeur; des traverses de bois et des liens de cuir...  [+]

Termes jugés adéquats pour désigner le concept à l’intérieur d’un domaine spécialisé, conformes au système linguistique du français ou acceptables en vertu des politiques officielles de l’Office

Termes privilégiés

traîne sauvage   n. f.

Canada

tabagane   n. f.

Canada

toboggan   n. m.

tobagane   n. f.

Canada

Le terme traîne sauvage remonte à la Nouvelle-France (traîne, nom féminin, est attesté en France au sens de « traîneau » à la fin du XVIIe siècle). Le qualificatif sauvage, employé au sens de l'adjectif indien ou amérindien, fut couramment employé en français d'Amérique sans souci de sa connotation négative jusqu'au milieu du XXe siècle, alors qu'un changement de mentalité a établi l'emploi des noms propres Autochtone, Indien ou Amérindien et de leurs adjectifs correspondants.

Le terme tabagane est d'origine algonquienne : on dit chez les Micmacs, tobâgun ou tobâkun, chez les Abénaquis, udâbâgan, chez les Cris, otâbânâsk, chez les Montagnais (ou Innus), utapan, chez les Anichinabés (Chippéwés, Ojibwés ou Saulteux), nobûgidaban.

Le terme tabagane ou tobagane, orthographié à l'origine tabaganne (Le Clercq, Nouvelle Relation de la Gaspésie, 1691), est connu et fréquemment attesté au Québec (Atlas linguistique de l'Est du Canada, 1980).

Le français européen a emprunté la forme toboggan (prononcée to-bo-gan) à la langue anglaise qui l'avait elle-même prise au français canadien, selon les dictionnaires anglais (Webster, Oxford).

Illustration

Anglais

Auteur

Logo identifiant une fiche rédigée par l’Office québécois de la langue française Office québécois de la langue française, 2006

Terme

toboggan