Office québécois de la langue française

Le grand dictionnaire terminologique
Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte
Fiche terminologique

FICHE TERMINOLOGIQUE

Interrogation 
Envoyer la fiche par courriel Imprimer la fiche
     
     

tenir pour acquis

Domaine

généralité

Auteur

Logo identifiant une fiche rédigée par l’Office québécois de la langue française Office québécois de la langue française, 1986

Termes jugés adéquats pour désigner le concept à l’intérieur d’un domaine spécialisé, conformes au système linguistique du français ou acceptables en vertu des politiques officielles de l’Office

Termes privilégiés

tenir pour acquis   v.

considérer comme acquis   v.

tenir pour assuré   v.

Dans l'expression tenir pour acquis, acquis s'écrit avec s et non t, parce qu'il s'agit ici du participe passé du verbe acquérir et non du verbe acquitter.

Termes parfois utilisés pour désigner le concept, mais qui peuvent comporter certaines nuances de sens ou relever d’un registre de langue particulier, ou dont l’emploi est réservé à certaines situations de communication

Terme utilisé dans certains contextes

présupposer   v.

Termes non conformes au système linguistique du français ou jugés inacceptables en vertu des politiques officielles de l’Office

Terme déconseillé

prendre pour acquis   

L'expression prendre pour acquis est considérée depuis toujours comme la traduction littérale de to take for granted. À cet égard, il est intéressant de constater qu'on relève un emploi semblable de prendre pour suivi d'un adjectif attribut : ex. Je le prenais pour raisonnable. (...) Nous prendrions pour certain l'opposé de ce que dirait le menteur (...); cet emploi vieux et attesté dans la langue classique signifie « croire, considérer comme ». Nous avons donc l'assurance que prendre pour a déjà eu un sens différent de « croire à tort qu'une personne ou une chose est; regarder à tort comme étant (ex. Il est petit, et, dans les broussailles, on pourrait le prendre pour un gibier) », sens actuellement en usage.

Comme l'expression prendre pour acquis n'est relevée que depuis tout récemment dans les ouvrages correctifs québécois, il serait difficile d'y voir là un archaïsme français et d'ignorer l'influence de l'anglais. Pour cette raison et faute de preuve concluante, il est préférable d'encourager l'usage de tenir pour acquis.

Anglais

Auteur

Logo identifiant une fiche rédigée par l’Office québécois de la langue française Office québécois de la langue française, 1986

Terme

take for granted